Oscar appela Urs à Zürich, qui se mit immédiatement en rapport avec le petit aéroport tessinois. Le chef de place, après avoir un peu plaisanté sur le fait que son aéroport accueillait principalement des petits avions et des jets privés qui n’arrivaient pas à atterrir à Zürich, confirma que ce dimanche ne voyait pas beaucoup de mouvements. Oui, une limousine était arrivée peu après… 10h et un jet avait cueilli une charmante demoiselle et ses valises.

“Et ils sont partis pour où ?” s’enquit Urs qui se rappelait soudain un sketch de Raymond Devos où une autre réplique était du genre “je ne peux pas vous dire pour où si vous ne me dites par pour quand !” mais il n’était pas très sûr de son français.

“Tcheliabinsk”, répondit le contrôleur …