Extrait no. 01

 « Tic », fit la grosse horloge sur le mur du fond, dans le petit local sombre qui servait de bureau à l’homme.
« Hé merde ! », se dit celui-ci. « Encore dix minutes et s’en serait terminé avec les saletés et vapeurs nauséabondes ». Il était tard et l’homme pensa à sa douce Claudia. Grâce à lui et ses nuits passées ici, elle aurait bientôt de nouveaux seins, comme il aimait le lui dire en ri…golant, et un nez un peu moins à la Barbara Streisand. Elle rigolait aussi mais, finalement, c’était ce qu’elle avait toujours voulu.
« Toc », répéta l’horloge. L’homme espérait qu’elle tiendrait encore le coup car il avait oublié sa montre en partant pour sa tournée du mardi. Au plafond, l’ampoule nue vacillait, à part ça, pas un bruit, juste parfois des craquements des tôles, dehors. L’ampoule fit un petit éclair orange et s’éteignit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.